TÉLÉCHARGER DESPERADO 2 IL ÉTAIT UNE FOIS AU MEXIQUE

TÉLÉCHARGER DESPERADO 2 IL ÉTAIT UNE FOIS AU MEXIQUE

TÉLÉCHARGER DESPERADO 2 IL ÉTAIT UNE FOIS AU MEXIQUE

Ce Desperado 2 est un peu cela! Côté Woo : le gunfight à fond avec trajets de balles chorégraphiés. Alors comment va El Mariachi? Pour sa troisième apparition à l'écran, le musicien rebelle à la gâchette facile créé par Robert Rodriguez en avec

Nom: desperado 2 il était une fois au mexique
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Usage Personnel Seulement
Système d’exploitation: MacOS. iOS. Windows XP/7/10. Android.
Taille:40.65 MB

Product details

J'ai commencé à y penser sérieusement [7] Il vit désormais loin du monde avec Carolina, jouée par Salma Hayek. Il va falloir une bonne raison pour qu'il sorte de sa tanière.

La plupart des événements marquants qui expliquent sa situation actuelle sont présentés à travers des flashbacks. Ces séquences, censées s'être déroulées entre Desperado et Desperado 2, constituent presque un film à elles toutes seules.

Elles sont un peu l'épisode intermédiaire entre le second et le troisième volet. C'est une nouvelle aventure avec des personnages que l'on connaît bien, mais que l'on retrouve des années plus tard. C'est pas complètement faux et même très flagrant de El Mariachi mais non plus vrai tout le temps.

Contre exemple? Desperado II, bombe de l'année !! En effet, ici, Rodriguez qui commence à décliner Spy Kids se lâche complètement et rend un hommage flamboyant au cinéma qu'il affectionne.

En résulte un film de genre complètement barré mais foncièrement sympathique. C'est aussi un de mes films de chevet, donc voilà, j'avais envie d'en parler.

Résumé du film

Premièrement, Desperado II commence avec un bref mais spectaculaire rappel de l'énergie du précédent opus dans un prologue plutôt spectaculaire avec lequel Rodriguez semble nous dire "Coucou me revoilà"! Ce come-back est d'autant plus fun que l'on y retrouve la joyeuse équipe qui nous avait procuré tant de bonheur en et , date de sortie des deux précédents épisodes. Mais en plus de "prendre les mêmes et recommencer", Rodriguez s'octroie un casting quatre étoiles : Mickey Rourke qu'il retrouvera plus tard sur Sin City , Salma Hayek plus belle que jamais , Eva Mendes son premier bon film , Willem Dafoe terrifiant, comme toujours et Danny Trejo pour changer.

Sans oublier Johnny Deep!! Soyons clair d'emblée, je n'aime pas cet acteur, mais ici, il trouve un rôle de salaud à la mesure de son talent, que je n'avais pas encore mesuré à part quelques petites fulgurances çà et là dans Donny Brasco par exemple.

Evidement, Rodriguez joue ici sans arrêt la carte de l'excès on peut voir Johnny Deep arracher un document secret de l'oeil crevé d'un cadavre en "le remerciant de ne pas avoir mit le document dans son cul", ce même Johnny Deep, décidément très en forme, aller tuer un cuisinier sous prétexte que sa cuisine est "trop bonne" et afin de "rétablir l'équilibre dans le pays", ou bien deux gardes discuter de quelle façon il vont torturer un agent de la CIA en se rappelant chacun leur souvenir de torture Au fur et à mesure que l'intrigue progresse, elle se complique, on découvre des traîtres tous plus salauds et parfois sensibles Mais le crescendo ne s'effectue pas seulement du point de vue d'une intrigue se compliquant mais aussi de celui d'une violence beaucoup plus présente que dans les autres opus.

Bon, après, on a pas affaire à un film-choc, à la Horde Sauvage de l'an , mais ceux qui pourrait être choqué par un homme se faisant crever les yeux à la perceuse, bon, faudra y réfléchir à deux fois. Mais incontestablement, si Desperado 2 est pour moi si génial, inventif, voire fascinant, c'est pour sa dernière demi-heure Cette demi-heure est occupée par le "fucking coup d'état" comme dit le chauffeur de taxi.

Et ce coup d'état a lieu lors d'un jour spécial : le jour des morts non, ils ne vont pas voir un film de Romero. Ok c'est lourd où toute la ville se déguise et porte des têtes de morts, ce genre de choses.

Et quand ces gars-là déguisés en hamburger pour vers de terre se font brûler vifs, saisissent des mitraillettes, se font couper les bras et hurlent comme des fous dans les rues d'une ville tout droit sortie de Et Pour Quelques Dollars de Plus, ça procure un choc de dingue.

Ça peut paraître idiot, mais je trouve que la fin rappelle aussi quelque peu le cinéma de Jodorowsky.